Examen RI -Septembre 2015

Vous trouverez ci-après le corrigé

[solution portée à chaque fois en gras]

des questions posées lors de l’examen de

Relations internationales de première année du Pr Rials

qui s’est déroulé le mercredi 9 septembre 2015 à l’Université Panthéon-Assas

  1. Océan glacial arctique :

1 Océan glacial arctique.png

2. L’Europe centrale, orientale et balkanique:

2 L'Europe centrale, orientale et balkanique.png

3. L’Amérique centrale :

3 L'Amérique centrale.png

4. En Asie centrale :

4 En Asie centrale.png

L1 – Relations internationales Cours du Professeur Rials Septembre 2015

[Corrigé prochainement en ligne sur le site disdog.fr – bouton RI]

Observations préliminaires :

Je vous conseille :

  • de commencer par les questions et réponses courtes ;
  • de ne passer aux questions plus longues (bien que le sens de certaines soit trèsrapidement accessible si l’on a bien travaillé) qu’en second lieu, en commençant

    alors par les sujets que vous connaissez le mieux ;

  • quelques minutes avant la fin, si vous avez laissé de côté dix ou vingt questions, oudavantage, de cocher malgré tout une réponse : vous gagnerez mécaniquement quelques points ; le procédé n’est pas très élégant mais il ne mérite évidemment pas d’être considéré comme déloyal dans le cadre d’un exercice de ce type ;

    Voici par ailleurs mes choix (généreux) concernant la notation :

  • sachant que chaque question vaut un point (et est notée un point ou zéro – il n’y apas de notes négatives), vous êtes donc notés sur quatre-vingts puisqu’il y a quatre- vingts questions ; toutefois, votre note sur dix sera obtenue en divisant les points obtenus, non par huit mais par six ; il n’y aura bien entendu aucune discussion ultérieure sur les notes, allouées mécaniquement, puisqu’il suffira d’avoir soixante bonnes réponses sur quatre-vingts pour avoir 10 sur 10, et donc trente sur quatre- vingts pour avoir la moyenne ;
  • j’ajoute que, de plus, chaque note obtenue après la division sera élevée au demi- point supérieur (par exemple, 7,16 ou 7,33 = 7,50/10) ; vous observerez que la moyenne sera mécaniquement atteinte, non avec 30 mais avec seulement 28 réponses justes ;
  • bien entendu, ce système ne prive d’aucun bien les meilleurs (mieux dit en Mt xx, 13-14) s’il fait accéder au même bien des étudiants un peu moins « performants » ; nous ne sommes pas dans un concours mais dans un examen.Enfin :
  • pour éviter de plus grandes difficultés, il m’est arrivé de préférer des termes ettours moins techniques, mais plus répandus ou accessibles ;
  • lorsque la date d’une valeur n’est pas précisée, la date du jeudi 7 mai dernier, celledu dernier cours, doit être supposée ;
  • je n’ai pas travaillé sérieusement – ce qui est un tort – la question de latranslittération de mots ou de noms depuis telles langues étrangères – je ne crois

    pas que cela puisse nuire à la compréhension ;

  • les questions sont posées en France ; j’ai essayé, là encore, d’éviter les ambiguïtés,mais il pourrait en demeurer.

CONCENTREZ-VOUS !
N’OUBLIEZ PAS QU’UN PEU DE REFLEXION (ET DONC DE MAÎTRISE DE SOI, DE RESISTANCE A L’AFFOLEMENT) SUFFIT ASSEZ SOUVENT POUR TROUVER LA BONNE REPONSE (OU LA MOINS MAUVAISE)

I. QUESTIONS A PARTIR DES CARTES :

Question 1
Sur la Carte 1, intitulée « Océan glacial arctique», le numéro 3 correspond à

A La Norvège
B La Suède
C La Finlande
D L’Estonie
E Le Danemark

Question 2
Sur la Carte 1, intitulée « Océan glacial arctique», le numéro 1 correspond à

A Les États-Unis
B Le Canada
C La Terre de Feu (Argentine et Chili)
D La Fédération de Russie
E La Terre Adélie (France)

Question 3
Sur la Carte 1, intitulée « Océan glacial arctique», le numéro 8 correspond à

A Le Kamtchatka (Fédération de Russie)
B L’Islande
C Le Canada
D Le Groenland (Danemark)
E Le Spitzberg (Norvège)

Question 4
Sur la Carte 1, intitulée « Océan glacial arctique», le numéro 6 correspond à

A L’Islande
B Le Spitzberg (Norvège)
C L’Irlande
D La Fédération de Russie (partie de)
E Le Groenland (Danemark)

Question 5
Sur la Carte 2, intitulée « L’Europe centrale, orientale et balkanique », le numéro 7 correspond à
A La Croatie
B la République tchèque
C Le Liechtenstein

D L’Autriche

E La Slovénie

Question 6
Sur la Carte 2, intitulée « L’Europe centrale, orientale et balkanique », le numéro 14 correspond à
A Le Monténégro
B L’Albanie
C Le Kosovo
D La République de Macédoine
E La Grèce

Question 7
Sur la Carte 2, intitulée « L’Europe centrale, orientale et balkanique », la Slovaquie est indiquée par le nombre
A 4
B 6
C 5
D 17
E 10

Question 8
Sur la Carte 2, intitulée « L’Europe centrale, orientale et balkanique », il faut placer les territoires de la Gagaouzie (dont l’évocation en cours a beaucoup fait rire une poignée de jeune gens à la fois exilés de l’intelligence et imperméables à la compassion) dans le pays :

A 17
B 16
C 18
D 15
E 10

Question 9
Sur la Carte 2, intitulée « L’Europe centrale, orientale et balkanique », où placeriez-vous de Transnistrie [Transdniestrie ; Pridniestrie]
A À la limite entre 16 et 17
B A la limite entre 17 et 18
C A la limite entre 16 et 18
D A la limite entre 6 et 16
E A la limite entre 10 et 15

Question 10
Sur la Carte 3, intitulée « L’Amérique centrale », le numéro 7 correspond au A Bélize
B Salvador
C Suriname
D Equateur
E Honduras

 

Question 11

Quel est, parmi les suivants, le pays avec lequel le Guatemala ne partage pas de frontières ? (Carte 3)
A le Nicaragua
B le Mexique

C le Honduras

D Le Salvador

E Le Bélize

Question 12
En partant toujours de la Carte 3, intitulée « L’Amérique centrale », vous additionnerez les nombres signalant les Etats-Unis, Cuba, le Mexique, le Bélize et le Salvador. Vous soustrairez de cette somme le nombre signalant le Nicaragua. Vous cocherez le pays désigné par la valeur obtenue (ATTENTION : IL PEUT S’AGIR, OU NON, DE L’UN DES PAYS PRECITES) :
A le Nicaragua
B la Colombie
C Le Costa Rica
D le Honduras
E Le Panama

Question 13
Sur la carte 4, intitulée « En Asie centrale », où placez-vous le Tadjikistan, pays dont il est assez probable qu’il fasse prochainement parler davantage de lui au titre de la radicalité islamique ? (Récemment, l’on a en particulier évoqué le ralliement du colonel Khalimov, ancien chef des forces spéciales, à l’Etat islamique.)
A 4
B 9
C 5
D 2
E 6

Question 14
L’Afghanistan a des frontières avec un certain nombre de pays mais pas avec l’un des pays suivants – lequel ? (carte 4 intitulée « En Asie centrale »)
A Ouzbékistan
B Pakistan
C Chine
D Kazakhstan
E Tadjikistan

Question 15
En partant toujours de la Carte 4, intitulée « En Asie centrale », vous additionnerez les nombres signalant le Kazakhstan, le Turkménistan, l’Inde, l’Afghanistan et l’Ouzbékistan. Vous soustrairez de cette somme la somme des nombres signalant le Pakistan et la Chine. Vous cocherez le pays désigné par la valeur obtenue (ATTENTION : IL PEUT S’AGIR, OU NON, DE L’UN DES PAYS PRECITES) :
A Le Pakistan
B Aucun pays ne correspond au résultat obtenu
C L’Iran

D L’Inde

E L’Afghanistan

 

II. QUESTIONS A PARTIR DE LA LISTE DES « CENT DATES DEPUIS LA “CHUTE DU MUR” »

Question 16
La « réunification » des Allemagnes est intervenue, au terme d’une procédure modérément sourcilleuse, en
A 1990
B 1988
C 1991
D 1989
E 1992

Question 17
L’électorat français notamment a nettement voté non (et assez massivement, puisque la participation s’est élevée à 70%) à ce qu’il est convenu d’appeler « Traité de Rome 2 » ou encore « Traité constitutionnel européen » en
A 2003
B 2004
C 2007
D 2006
E 2005

Question 18
En dépit du rejet rappelé à la question 17, un traité est intervenu en 2008, à l’initiative toute particulière de M. Sarkozy, tendant à sérieusement limiter la portée de ce rejet. Il s’agit du traité de
A Schengen
B Maastricht
C Lisbonne
D Nice
E Amsterdam

Question 19
Les déclarations d’indépendance (de « dissociation ») de la Croatie et de la Slovénie, rapidement soutenues par une Allemagne fidèle à des orientations géopolitiques anciennes, ont débouché sur un conflit dont les conséquences ont été considérables, et dont l’effet a été en particulier de mettre progressivement fin à l’entité balkanique créée en 1918 et désignée comme Yougoslavie à partir de 1929. Ces déclarations sont intervenues en
A 1990
B 1991
C 1993
D 1992
E Ce ne sont pas ces déclarations d’indépendance qui ont mis le feu au poudre, mais celle de la Serbie, immédiatement reconnue par ses alliés, traditionnels, la Russie (l’on entendra, selon la date retenue : l’U.R.S.S. ou la Fédération de Russie) et bien entendu la France de François Mitterrand, Chef de l’Etat encore nourri de ces vues géopolitiques et historiques par lesquelles la République inscrivait sa présence dans le monde dans la suite de l’anti- impériale monarchie capétienne.

 

Question 20
Voici plusieurs ordres de succession des présidents contemporains de la Fédération de Russie. Lequel est le bon ? (sachant qu’a été laissé de côté l’éphémère épisode d’Alexandre Vladimirovitch Routskoï)
A Boris Nikolaïevitch Eltsine (deux mandats successifs) – Vladimir Vladimirovitch Poutine – Dmitri Anatolievitch Medvedev (deux mandats) – Vladimir Vladimirovitch Poutine
B Vladimir Vladimirovitch Poutine – Boris Nikolaïevitch Eltsine – Dmitri Anatolievitch Medvedev – Vladimir Vladimirovitch Poutine (deux mandats successivement dont le second est en cours)
C Boris Nikolaïevitch Eltsine – Boris Efimovitch Nemtsov – Vladimir Vladimirovitch Poutine – Dmitri Anatolievitch Medvedev – Vladimir Vladimirovitch Poutine
D Boris Nikolaïevitch Eltsine (deux mandats successifs) – Vladimir Vladimirovitch Poutine (deux mandats successifs) – Dmitri Anatolievitch Medvedev – Vladimir Vladimirovitch Poutine
E Boris Nikolaïevitch Eltsine – Dmitri Anatolievitch Medvedev – Vladimir Vladimirovitch Poutine – Dmitri Anatolievitch Medvedev – Vladimir Vladimirovitch Poutine

Question 21
La Première Guerre du Golfe (Guerre dite du Koweït ; opération dont les deux phases successives ont été désignées comme « Desert Shield » puis « Desert Storm »), parfois dite deuxième guerre du Golfe (par référence à la terrible guerre qui a opposé l’Irak et l’Iran de 1980 à 1988 ; l’on considère alors l’agression des Etats-Unis et de leurs alliés en 2003 comme Troisième et non Seconde Guerre du Golfe), à la suite de l’invasion du Koweït par l’Irak de Saddam Hussein, eut lieu en
A 1990-1991
B 1992-1993
C 1989-1990
D 1991-1992
E 1994-1995

Question 22
Les première et seconde Guerres de Tchétchénie ont eu lieu en A 1996-1999 et 2008-2011
B 1992-1995 et 1999-2003
C 1994-1996 et 2002-2004
D 1994-1996 et 1999-2000
E 2001-2002 et 2006-2008

 

III QUESTIONS A PROPOS DE DEUX FILMS

(Kim Bartley et Donnacha O’Briain, Inside the Coup. The revolution will not be televised – Manon Loizeau, Les États-Unis à la conquête de l’Est)

Question 23
En quelle année Hugo Chavez a-t-il été élu Président de la République du Venezuela pour

la première fois ?

A 1998 (prise de fonction au début de 1999)

B 1999 (prise de fonction au début de 2000)

C 2001 (prise de fonction au début de 2002)

D 1997 (prise de fonction au début de 1998)

E 2000 (prise de fonction au début de 2001)

 

Question 24
Quelle était alors le volume de la production de pétrole vénézuélien, et quel est-il aujourd’hui (2014) ?
A Le Venezuela est tantôt le deuxième producteur mondial de pétrole (derrière l’Arabie séoudite mais devant la Russie, pays dont la production tourne autour de huit à onze millions de barils par jour cette dernière vingtaine d’années), tantôt le troisième, derrière ces deux pays, sa production ne chutant jamais en-dessous de cinq millions de barils par jour et surpassant toujours celle des Etats-Unis, sauf peut-être depuis l’envol récent du pétrole de schiste dans ce dernier pays
B Malgré ses réserves importantes, le Venezuela est un producteur de pétrole de tout à fait troisième rang, avec en général un peu moins d’un million de barils/jour. La catastrophe constituée par le chavisme (que l’on peut suivre à peu près en temps réel dans les journaux les mieux informés, tels Les Echos et Le Figaro, qui sont aussi des sources particulièrement sérieuses concernant les mondes russe et ukrainien), la désertion d’élites bourgeoises de premier ordre, lassées à la fois par un régime dictatorial et une population à la fois incapable et revendicatrice, prétendant même – a-t-on idée ? – avoir un droit sur les ressources naturelles du pays, a de toute façon contribué à tasser davantage une production languissante, minée pas les grèves incessantes fomentées par de très actifs agents castristes

C La production de pétrole du Venezuela oscille entre un peu moins de deux millions et demi et trois millions de barils par jour depuis le début des années Quatre-vingt dix du siècle dernier, ce qui place ce pays en général dans le groupe de quelques pays qui, avec des productions comprises entre deux et quatre millions de barils/jour, suivent de fort loin les trois premiers producteurs dont la production fluctue au cours de la période entre sept et douze millions de barils/jour

Question 25
Les réserves de pétrole brut du Venezuela sont importantes. A quel rang convient-il de les placer ? (dans l’état actuel de l’identification mondiale de telles réserves)
A Au septième rang, derrière l’Arabie Séoudite, la Fédération de Russie, l’Iran, l’Irak, la Libye, les Etats-Unis, mais devant le Kazakhstan, le Qatar et le Nigéria
B Au premier rang devant celles de l’Arabie Séoudite, de L’Iran, de l’Irak, du Koweit, des Emirats Arabes Unis, de la Fédération de Russie, de la Libye, du Nigéria, des Etats-Unis, du Kazakhstan, etc.
C Au troisième rang, derrière l’Arabie Séoudite et le Qatar, mais devant l’Iran, le Koweit, l’Irak, le Kazakhstan, la Chine, etc.
D Au quinzième ou seizième rang, c’est-à-dire à peu près au niveau du Brésil, du Mexique et de l’Algérie, mais après en tout cas l’Arabie Séoudite, la Fédération de Russie, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, l’Iran, le Qatar, le Koweit, le Nigéria, les Etats-Unis, la Chine, l’Azerbaïdjan, l’Angola et la Libye

 

Question 26
Hugo Chavez assignait plusieurs finalités à la constitution de la République bolivarienne,

fort longue, qu’il avait fait adopter par référendum en 1999. L’une de celles-ci, assez inhabituelle, est évoquée à plusieurs reprises dans le film proposé, et l’est de façon fort émouvante. Laquelle ? (L’on peut songer à deux réponses : rappelez-vous ce qu’ont vu vos yeux et écoutez votre cœur ; vous trouverez celle qu’il faut préférer ici)

A Celle d’une charte institutionnelle essentiellement technique (ou supposée telle, car la technique, dans cet ordre de choses, n’a certes rien de neutre, et n’est d’ailleurs pas neutre, en un tel domaine, dans sa pure idée même)
B Celle d’un bréviaire du projet bolivarien comme harmonieux projet de totalité embrassant tous les aspects de la vie collective

C Celle, dans le cadre d’une action méthodique d’éducation populaire, d’un manuel de lecture pour les fractions les moins lettrées de la population, maintenues jusqu’alors dans l’incapacité d’accéder à la manifestation symbolique et légale de l’unité du peuple en dépit d’une constitution plaçant d’ailleurs justement la question de l’éducation au cœur de son propos (en particulier art. 102 ss.)

D Celle d’un catéchisme des droits, mais aussi des devoirs liés à la citoyenneté
E Celle – mais de façon certainement moins construite que ce n’eût été le cas vers la fin de la vie du président Chavez (si bien que cet aspect ne doit pas être surestimé dans l’interprétation de la signification originaire de la constitution) – d’une expression de la reconnaissance de la « vénézualité », des « cultures populaires » (par exemple, art. 100), des « droits des Peuples Indigènes » (art. 119 ss.), des droits aussi de la « Terre-
Mère » (expression chère ultérieurement à Evo Moralès, président de la République de Bolivie, et à Hugo Chavez mais qui ne se trouve pas dans les articles 127 ss. de la constitution vénézuélienne)

 

Question 27

Le film proposé désigne de façon très nette une série d’adversaires constants et prêts à tout de la révolution bolivarienne (qui, à la faveur de l’effondrement du cours du pétrole et des difficultés qu’il emporte, en viendront à bout peut-être lors des élections législatives de décembre prochain). Dans la liste suivante, choisissez le groupe placé là par erreur :

A Les cinq chaînes de télévision privées appartenant aux grands groupes capitalistes du pays
B Une bourgeoisie compradore arrogante et violente (au sein de laquelle les femmes ne paraissent pas moins déchaînées que les hommes)
C Les Etats-Unis d’Amérique, leurs oligarques, leur « Administration », leurs médias, leurs « services »
D Une fraction significative des franges supérieures de l’armée
E Le menu peuple, plus ou moins profondément métissé, dont la situation demeurait misérable à la fin du siècle dernier – peuple en partie constitué au fond, et en partie forgé négativement, dans le crime de masse à triple détente de la colonisation, du génocide indien (certes un peu moins radical, et même moins évidemment caractérisé au fond, dans l’Amérique latine catholique que dans l’Amérique anglo-germanique protestante ou réformée) et de l’esclavagisme
F La Confederacion de Trabajadores de Venezuela (C.T.V.), affiliée désormais à la Confédération syndicale internationale (C.S.I – International Trade Union Confederation, I.T.U.C.), mais liée antérieurement à la C.I.S.L., Confédération internationale des syndicats libres (d’où est pour l’essentiel issue la C.S.I.), longtemps marquée par un anticommunisme sans faille et des liens étroits avec le syndicalisme, bien particulier, des Etats-Unis.

 

Question 28
Peut-être avez-vous lu que M. Mikhaïl Saakachvili, poursuivant une carrière qui pourrait sembler chaotique si elle n’était pas d’une cohérence saisissante, a été désigné comme gouverneur de l’oblast d’Odessa (en Ukraine) à l’extrême fin de mai dernier. Il se trouve (comme cela est clairement exposé dans le film de Mme Manon Loizeau) qu’il a été il y a quelques années porté à la présidence de la République d’une ancienne composante de l’U.R.S.S. à la suite de ce qu’il est usuel d’appeler une « révolution colorée ». De quel pays s’agissait-il ?
A Biélorussie
B Ukraine
C Géorgie
D Azerbaïdjan
E Arménie

Question 29
Dans le même film, on fait la connaissance d’un certain Vladislav Kaskiv. J’ai cru comprendre qu’il avait eu un cheminement politique plus complexe que M. Saakachvili, et qu’il rencontrait ces temps-ci quelques difficultés, à cette heure difficiles à interpréter (est- il corrompu ? d’anciens « amis » essaient-ils de le faire passer pour tel ?) Peu importe ! Alors qu’il avait été l’un des animateurs du mouvement tendant à préparer la fameuse
« Révolution Orange », il confiait à Mme Loizeau qu’il n’avait d’autre propos que de
« faire triompher la grande démocratie mondiale » (contradictio in adjecto – il n’y a pas de « démocratie » sans dēmos) ; et il annonçait des « révolutions de couleur » dans les pays dont la liste suit. Un seul de ces pays a connu depuis dix ans (NB : texte écrit à la mi-juillet 2015) une telle révolution (en 2005), et d’ailleurs même divers sévères soubresauts ultérieurs (ainsi en 2010) – il semble même ces temps-ci quelque peu exposé après avoir insisté pour qu’une base américaine – et de l’OTAN – quitte le sol national, ce qui vient de se passer après huit années de demandes. Lequel ?
A Biélorussie
B Arménie
C Azerbaïdjan
D Kirghizistan
E Russie

Question 30
Toujours dans ce film, on fait la connaissance d’un jeune Kirghize du nom d’Edil Baisalov. Cet activiste a connu par la suite un destin assez agité, a dû même s’exiler en Suède, puis semble avoir trouvé ultérieurement une certaine place dans la politique de son pays tout en conservant les mêmes orientations. Lorsque le film l’évoque, l’on comprend qu’il a bénéficié d’une bourse du gouvernement américain pour étudier aux Etats-Unis et qu’il travaille désormais pour l’une des grandes institutions œuvrant à partir des Etats-Unis, en vue de favoriser l’expansion dans le monde de la « market democracy » – celle qui est présidée, de longue date et toujours à ce jour, par Mme Madeleine Albright, qui fut Secrétaire d’Etat. Quelle est cette institution ?
A National Democratic Institute for International Affairs [au sein du National Endowment for Democracy]
B International Republican Institute [au sein du National Endowment for Democracy]
C Freedom House
D United States Agency for International Development

E Open Society Foundation

 

IV QUESTIONS « DE COURS »

Question 31
Voici trois récits sur l’évolution de la parité euro/dollar. Lequel jugez-vous le plus exact ? (sachant qu’ils sont purement « descriptifs » par leur nature et ne s’interrogent sur aucune « cause » supposée, pas davantage qu’ils ne replacent cette évolution dans le cadre plus large d’une comparaison générale des monnaies significatives qui pourrait conduire peut- être – ou peut-être pas – à présenter le même mouvement comme appréciation de A davantage qu’effritement de B).
A Au mois de juillet de 2014, l’euro demeurait très (trop ?) fort, même s’il n’était pas du tout au périlleux maximum atteint le 15 juillet 2008 (1,60 dollar) : il tournait en effet autour d’1,48 dollar (pour un euro donc). Jusqu’en décembre, l’effritement, sans être parfaitement régulier, fut constant malgré de brefs sursauts. La chute apparaissait énorme au début de janvier 2015, lorsque, pour la première fois depuis 2002, la parité exacte avec le dollar était atteinte. Après un redressement assez régulier, l’euro franchit autour du 15 février le seuil psychologique d’1,10 dollar pour un euro. Mais l’ « affaire grecque » emporta une nouvelle, rapide, dégradation, l’euro se maintenant irréductiblement sous un dollar à partir du début de mai 2015 et paraissant incapable de se redresser à l’heure (mi- juillet) où ces lignes sont écrites.
B Au mois de juillet de 2014, l’euro demeurait très (trop ?) fort, même s’il n’était pas du tout au périlleux maximum atteint le 15 juillet 2008 (1,60 dollar) : il tournait en effet autour d’1,35 dollar (pour un euro donc). Jusqu’en décembre, l’effritement, sans être parfaitement régulier, fut constant malgré de brefs sursauts. Puis il s’accéléra de la mi-décembre 2014 jusqu’au début de la troisième décade de janvier 2015 où il sembla se fixer un temps entre 1,12 et 1,14 dollar. A la fin de février, la chute reprit, et autour du 10-15 mars, des plus bas étaient atteints, autour de 1,05 dollar, valeur presque retrouvée, mais brièvement, à la mi-avril, après un léger raffermissement, et avant de fluctuer assez durablement dans une fourchette comprise entre 1,10 et 1,14 $

C Au mois de juillet de 2014, l’euro peinait toujours à se remettre de la crise de langueur qui l’avait frappé quelques mois plus tôt : il stagnait un peu au-dessous d’un dollar, signe indubitable d’une crise de confiance puisque le rapport du dollar aux grandes monnaies asiatiques n’avait pas manifesté de très particulier raffermissement de ce dernier. La situation demeura stationnaire, avec plutôt, même, une très légère tendance baissière. Pourtant, les espoirs des exportateurs, d’abord ravis nous avait-on dit, furent déçus : l’Europe, désormais assez profondément désindustrialisée, n’avait pas grand chose d’excitant à vendre au monde en dehors – certes – des voitures allemandes… ; et, frappée par les sanctions, mais aussi par l’effondrement du rouble à l’automne, la Russie se dérobait mécaniquement. Bref, il eût été difficile, dans un tel climat, que les nouvelles de 2015 amenassent un redressement dont nul ne savait d’ailleurs plus s’il fallait l’espérer ou le redouter

Question 32
Les deux plus grands cuirassés jamais construits, à l’extrême fin de l’âge d’or du cuirassé, furent

A Anglais
B des Etats-Unis d’Amérique C Soviétiques
D Japonais
E Allemands (IIIe Reich)

Question 33
Un grand porte-avions, du type du porte-avions Ford, qui doit être livré très prochainement à la Navy, coûte autour de [sans les aéronefs bien sûr…]
A deux milliards de dollars
B cinq milliards de dollars
C huit milliards de dollars
D sept cent-cinquante millions de dollars
E plus de dix milliards de dollars

Question 34
La France dispose actuellement de
A Deux porte-avions, le Charles-de-Gaulle et le Clemenceau
B Aucun porte-avions depuis la terrible perte du Charles de Gaulle dans le Golfe persique il y a quelques mois, à la suite de l’action imprévue d’une trentaine de vedettes lance- missiles et de douze hélicoptères des Pasdaran, fort entraînés à cet exercice
C Trois porte-avions, le Charles-de-Gaulle (désormais navire amiral de la Flotte de Méditerranée et de l’Océan Indien, Fo.M.O.I.), le Foch (navire amiral de la Flotte du Nord et de l’Atlantique ; Fo.N.A.) et le Clemenceau (navire amiral de la nouvelle Flotte du Pacifique, Fo.P. – c’est par contre un Bâtiment de Projection et de Commandement de la classe Mistral, le Tonnerre, qui conduit la F.P.M.N., la Flottille Permanente de la Mer Noire)
D Deux porte-avions, le Foch et le Clemenceau
E Un seul porte-avions, le Charles-de-Gaulle

Question 35
Concernant justement la classe Mistral, j’imagine que vous n’avez pas oublié mes développements à propos d’une très regrettable affaire dans laquelle la France, ces temps derniers, et en particulier depuis novembre 2014, n’a pas tenu ses engagements envers la Russie au regard de l’enlisement dans la violence de la situation Ukraine. Selon vous, quelle est l’issue la plus probable de cette affaire ? (question rédigée en l’état des éléments dont on pouvait avoir connaissance au moment de la première session, et que l’on pouvait assurément conjecturer plus tôt)
A La livraison des deux navires Sébastopol et Vladivostok à la Fédération de Russie ne manquera pas d’avoir lieu à l’automne de 2015 et tout laisse penser que les présidents Poutine et Hollande organiseront une grande parade navale au large de Saint-Nazaire, en vue de commémorer enfin ensemble la victoire des forces alliées sur l’Allemagne nazie il y a soixante-dix ans
B Une telle livraison est tout à fait exclue désormais, et tout indique que la Russie, dont les responsables sont furieux et ne le cachent guère, compte déclencher prochainement la procédure d’arbitrage prévue afin d’obtenir une réparation éclatante de la rupture unilatérale par la France des engagements pris en 2011
C La livraison n’aura pas lieu, du fait de l’extraordinaire pression exercée sur notre pays par ses alliés euratlantiques, mais il n’est pas très certain, pour diverses raisons,

que le mécontentement russe soit si profond, et – à la suite de discussions aussi serrées que confidentielles – une solution devrait être trouvée dans l’été, les questions se posant simplement de savoir si la France devra acquitter (comme il est probable) une somme de l’ordre de 1, 2 milliards d’euros (ou si elle pourra se contenter d’un versement moindre) et si elle obtiendra l’accord de la Fédération de Russie pour vendre à d’autres acquéreurs éventuels ces deux beaux bâtiments (excluons qu’ils soient coulés comme certains le suggèrent !)

Question 36
La dissuasion nucléaire française repose ou a reposé sur plusieurs instruments. Les voici. Vous devez indiquer celui d’entre eux qui aurait été supprimé si tel a bien été le cas :
A Les missiles S3 du plateau d’Albion, en Haute Provence, d’une portée de 3500 kilomètres, ce qui est insuffisant
B La Force aérienne stratégique (F.A.S.), composée de Rafale emportant des ASMPA (missiles Air-Sol de Moyenne Portée Améliorés) qui sont non des missiles balistiques mais des missiles de croisière, volant à Mach 3 mais d’une portée limitée (cinq cents kilomètres environ)
C La Force océanique stratégique (F.O.S.T.), avec seulement quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (S.N.L.E.) de la classe « Le Triomphant », ce qui est sensiblement trop peu ; ces sous-marins embarquaient des M 45 d’une portée d’environ six mille kilomètres, remplacés peu à peu par des M 51 d’une portée de huit à dix mille kilomètres, missiles balistiques volant à Mach 15
D Aucun de ces instruments n’a été abandonné

Question 37
Qu’est-ce qu’un missile balistique ?
A Un missile lancé par une sorte de catapulte (la fameuse baliste – du latin balista – lanceur en particulier de pierres à torsion et comportant deux bras)
B Un missile à propulsion électrique (et ainsi non polluant et particulièrement silencieux) C Un missile dont une partie de la trajectoire est influencée par la gravité et la friction aérodynamique
D Un missile qui, mission accomplie, fait retour à celui qui l’a envoyé et peut ainsi être employé à nouveau

Question 38
Je ne doute pas que, à la différence d’une candidate à la Présidence de la République française (point sans qualités mais qui ignorait aussi, tout en étant certaine de la connaître, la proportion de l’électricité d’origine nucléaire dans la production totale d’électricité en France – je vous précise en passant que la réponse est de l’ordre de 75% – et je crois juste d’ajouter que l’interlocuteur de cette sympathique candidate était pour le moins flottant sur la réponse, tout comme le journaliste auteur de la question sur les S.L.N.E. l’avait lui- même manifestement mal préparée), vous ne connaissiez non seulement le nombre, mais les noms des sous-marins de la F.O.S.T. Vous chasserez donc sans peine l’intrus :
A Le Triomphant
B Le Téméraire
C Le Vigilant
D Le Terrible
E La Méduse

 

Question 39
Comme vous le savez, nos forces n’ont jamais été aussi utilisées depuis la fin de la Guerre d’Algérie. Laissons de côté le choix hautement contestable qui a consisté à utiliser de façon constante à l’intérieur – et pour d’autres missions que la surveillance d’installations militaires ou stratégiques – les forces armées depuis l’affaire Charlie Hebdo–Hyper Cacher. Concentrons-nous sur les « opex » – les opérations extérieures. Parmi les affirmations suivantes, l’une est-elle fausse – et si oui laquelle ?
A L’Opération Serval [du nom d’un félin africain], au Mali, impliquant jusqu’à quatre mille militaires français, a permis, de janvier 2013 à août 2014, d’aider les forces armées maliennes à entraver les avancées jihadistes de la région désertique septentrionale de l’Azawad
B L’Opération Sangaris [du nom d’un papillon africain], en République Centrafricaine, développée par étapes à partir de l’automne de 2013 (jusqu’à compter deux mille hommes), en principe pour mettre fin aux agissement de la Séléka, bande islamo-mafieuse, a été fortement réduite, de façon peut-être prématurée, au printemps de 2015, alors que la MI[NU]SCA [Mission des Nations Unies pour la Centrafrique] n’est peut-être pas à la hauteur des enjeux et qu’une élection présidentielle doit avoir lieu en octobre et novembre 2015
C L’Opération Barkhane [du nom donné à une dune qui, sous l’action des vents, a pris la forme d’un croissant] a été lancée en août 2014 pour remplacer les Opérations Serval et Épervier (cette dernière, depuis 1986, concernait le Tchad et occupait mille militaires français). Cette opération, coordonnant nos opérations dans une large région, implique – avec le propos de surveiller le nord, si difficile, du Mali, le sud de la Libye, le couloir de circulation entre le sud-ouest de la Libye et le nord du Mali par le Sahara algérien, et encore les activités de Boko Haram au nord du Nigéria et alentour – trois mille hommes répartis dans cinq Etats de la zone sud-saharienne et sahélienne, à savoir d’ouest en est : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. C’est dans la capitale de ce dernier pays, à N’Djamena (l’ancien Fort-Lamy), qu’est installé le poste de commandement unique. Un escadron de Rafale est situé sur la base de N’Djamena (Camp Kosseï), complété en particulier par des avions de transport et des hélicoptères, tandis que des drones sont installés au Niger, à Niamey. Des postes avancés ou bien les nouvelles installations aéroportuaires de Madama, au nord du Niger, complètent un dispositif souple et intelligent, manifestement appelé à durer, rendu efficace en partie grâce à la bonne qualité de certaines troupes locales, au premier rang desquelles les tchadiennes
D L’Opération Baba Gurgur (Père des Flammes en kurde) a manifesté la réaffirmation de la vocation que s’est très longtemps reconnue la France de défendre les chrétiens d’Orient (certains ont d’ailleurs suggéré que cette action avait été inspirée par Washington, dont l’inquiétude est grande de voir la Fédération de Russie, très sensible à l’appel d’un devoir de même nature, prendre pied à la frontière hautement stratégique de l’Iran, de l’Irak et de la Turquie). Sept cents hommes, assistés d’une quinzaine d’hélicoptères, ont ainsi été dépêchés dès le trois juillet 2014 – c’est-à-dire quatre jours après la proclamation du nouveau Califat dans la Grande Mosquée de la tout proche Mossoul – à Sulaymanieh, au Kurdistan irakien, où sont installés plusieurs camps de déplacés chrétiens d’Irak. Une centaine d’entre eux a été envoyée dans les Monts Sinjar, lieu sacré pour les Yézidis, afin d’aider ces derniers dans leur fuite devant l’Etat islamique
E L’Opération Chammal (en arabe : nord – ici le nom d’un vent local) manifeste depuis septembre 2014 notre participation à la pléthorique « Coalition » contre l’Etat islamique – coalition dont la médiocrité remarquable des résultats invite assurément à la réflexion, tant sur les aides d’ordres divers dont bénéficie Daesh depuis l’origine (y compris d’un certain nombre d’Etats ou composantes d’Etats), que sur la tactique adoptée (et plus profondément les intentions véritables du gouvernement des Etats-Unis)

F Il y a au moins deux opérations imaginaires dans la liste qui précède

Question 40
Si vous deviez indiquer, sans risque de vous tromper, quels seront les trois pays plus gros producteurs de pétrole en 2015, vous répondriez (par ordre alphabétique à chaque fois)

A Emirats Arabes Unis, Etats-Unis, Qatar
B Arabie Séoudite, Iran, Fédération de Russie
C Etats-Unis, Qatar, Fédération de Russie
D Arabie Séoudite, Qatar, Fédération de Russie
E Arabie Séoudite, Etats-Unis, Fédération de Russie
F Irak, Iran, Libye

Question 41
Nous avons moins parlé du gaz que du pétrole cette année, bien qu’il s’agisse d’une ressource tout à fait stratégique aussi, et que l’on évoque souvent au regard d’au moins cinq aspects, d’ailleurs liés – tout est toujours lié d’une façon ou d’une autre et c’est pourquoi tout est toujours difficile – ces années-ci : l’évolution nettement baissière des cours (et ses conséquences par exemple, d’un côté pour l’Europe occidentale, et de l’autre et symétriquement pour la Fédération de Russie ou le Venezuela) ; la question particulière des relations ukraino-russes ; les conflits très rudes parfois concernant les itinéraires et le statut légal des implantations de gazoduc (au moment où j’écris ces lignes, les interventions occidentales en Macédoine prennent un tour pour le moins abusif sans qu’il soit possible d’écarter quelque lien entre une telle action et les développements possibles du projet Turkstream) ; les effectivités et les perspectives de l’exploitation des hydrocarbures de schistes ; les aspects divers touchant au développement du gaz naturel liquéfié (G.N.L.)…
Quoi qu’il en soit, voici six pays placés dans l’ordre descendant de leur production gazière en 2014. Un seul, qui est en même temps un très significatif consommateur de gaz, ne figure certes pas à sa place puisqu’il ne produit à peu près pas de gaz. Lequel ?
A Etats-Unis
B Russie
C Qatar
D Iran
E Allemagne
F Canada

Question 42
La croissance saisissante de la population mondiale s’est accompagnée d’un développement impressionnant de l’urbanisation, dont les conséquences économiques et sociales, mais aussi bien sûr culturelles et politiques, sont considérables. Il y a bien sûr des controverses sur la définition de ce que l’on entend par population urbaine. Quoi qu’il en soit, laquelle des propositions suivantes vous semble-t-elle en gros la plus juste ?
A L’effectif de la population urbaine aujourd’hui dans le monde a dépassé le nombre total des habitants de la planète il y a en gros cent ans, et dans le même temps la population urbaine a à peu près triplé en valeur absolue
B L’effectif de la population urbaine aujourd’hui dans le monde a dépassé le nombre total

des habitants de la planète il y a en gros vingt ans, et dans le même temps la population urbaine a à peu près doublé en valeur absolue
C L’effectif de la population urbaine aujourd’hui dans le monde a dépassé le nombre total des habitants de la planète en 1800, et dans le même temps la population urbaine a à peu près triplé en valeur absolue
D L’effectif de la population urbaine aujourd’hui dans le monde a dépassé le nombre total des habitants de la planète il y a en gros cinquante ans, et dans le même temps la population urbaine a à peu près quadruplé en valeur absolue

Question 43
La population des pays suivants, d’ailleurs dans l’ensemble en forte croissance, est comprise entre 75 et 95 millions d’habitants à l’exception de celle d’un seul, un peu plus importante. Lequel ?
A Egypte
B Turquie
C Philippines
D Viêtnam
E Iran

Question 44
Le nombre des membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies, dotés du droit de veto est de
A Quatre
B Six
C Huit
D Sept
E Cinq

Question 45
L’un des pays suivants n’est pas membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Lequel ?
A La France
B L’Allemagne
C Le Royaume Uni
D La Chine
E La Fédération de Russie

[NB : Vous noterez que les thèmes évoqués dans les sept questions qui suivent sont extrêmement hétérogènes. Cet aspect ne vous préoccupera pas : vous considérerez que même un thème plus « ponctuel » peut être plus « brûlant ». D’ailleurs, ces thèmes, même s’ils relèvent au fond de divers grands « niveaux » – depuis celui de ce que j’ai appelé métaphoriquement tectonique des plaques dans les relations internationales, ou même celui des dynamiques planétaires fondamentales [démographie, climat…] – communiquent bien entendu, le « détail » puisant sa signification dans et contribuant à affiner le sens de la totalité. Essayez de penser un peu : c’est le propos – permettre à ceux qui ont saisi quelques axes fondamentaux de l’enseignement, qui ne ferment pas leur esprit lorsqu’ils entendent parler de questions internationales, et qui aussi, même s’ils « bachotent » mal réfléchissent du

moins un peu, d’obtenir aisément quelques points. Dois-je préciser que, bien que le jugement puisse varier sur toute situation, j’ai fait en sorte que la réponse soit, à chaque fois, hors de doute pour un esprit raisonnable]

Question 46
Comme vous le savez, le cours donné porte sur l’actualité la plus immédiate des « relations internationales ». Imaginez que, en vue de préparer mon cours de 2016, afin de n’être pas pris au dépourvu par la survenue de tel ou tel épisode à la fin de l’hiver et au début du printemps, je vous soumette un certain nombre de thèmes en vous priant d’éliminer celui d’entre eux qui vous paraît le moins sensible à très court terme. Lequel cocheriez-vous dans la liste suivante ?
A Les relations israélo-syriennes
B L’Asie centrale ex-soviétique
C La radicalité sunnite au Pakistan
D La frontière entre le Chili et l’Argentine
E La région de la mer de Chine orientale
F L’évolution de la situation en Algérie

Question 47
[Même question.] Et dans la liste suivante ?
A Les régions de la Fédération de Russie situées immédiatement au nord du Caucase
B Les relations turco-syriennes
C L’articulation entre politique intérieure et politique extérieure au sein de la République islamique d’Iran
D Les évolutions des régimes « progressistes » d’Amérique du Sud (en particulier Vénézuéla, Bolivie et Equateur) et leurs relations avec les Etats-Unis
E Gibraltar
F Les régions de la Mer Jaune et de la Mer du Japon

Question 48
[Même question.] Et dans la liste suivante ?

A L’Antarctique
B La région de la mer de Chine méridionale C L’Océan Glacial Arctique
D L’Arabie séoudite
E La situation au Nigéria
F Les tensions à Bahrein

Question 49
[Même question.] Et dans la liste suivante ?
A Le Donbass
B La situation dans les Balkans
C Le Haut-Adige-Tyrol-du-Sud
D Les relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan E La Moldavie
F Le Soudan du Sud

Question 50
[Même question.] Et dans la liste suivante ?

 

A Les relations entre Israël, l’Arabie Séoudite et l’Egypte B L’évolution de la situation en Afghanistan
C La situation au Xinjiang (Sin Kiang)
D La question de l’or

E L’évolution des relations indo-pakistanaises depuis l’accession aux fonctions de Premier Ministre de Narendra Modi (alors que celui-ci a accepté de se rendre à Islamabad dans quelques mois)
F Les débats, en particulier environnementaux, autour du pipeline Keystone XL, oléoduc entre le Canada et les Etats-Unis

Question 51
Vous présentant au concours d’entrée de l’une des innombrables écoles de commerce qui inspirent, dit-on, quelque désir à une jeunesse profondément idéaliste – concours dont le programme comporte une épreuve sur les aspects économiques, commerciaux et financiers de la vie internationale contemporaine –, il vous reste trop peu de temps pour revoir de près toutes les fiches que vous avez si soigneusement composées depuis de longs mois. Parmi la trentaine de « chemises » entre lesquelles sont réparties vos fiches, vous décidez de faire l’impasse sur une : laquelle parmi les six suivantes, certes toutes intéressantes d’une façon ou d’une autre, sacrifierez-vous (je porte à chaque fois le titre que vous auriez calligraphié sur la chemise concernée) ?
A Les partiellement mystérieuses négociations commerciales transpacifiques (désignées actuellement comme T.P.P., « Trans-Pacific Partnership Agreement ») ou transatlantiques (connues en particulier à la fois comme T.T.I.P., « Transatlantic Trade and Investment Partnership » et comme T.A.F.T.A., « Trans Atlantic Free Trade Area » ou
« Agreement ») ?
B Quelques questions, monétaires mais indissociablement économiques et politiques, choisies (en particulier : L’évolution de la parité entre le dollar et l’euro ; La crise du rouble à l’automne de 2014 ; Difficultés et perspectives de la zone euro en 2015 ; Quelle rôle le Yuan ou Renminbi [Monnaie du Peuple] pourrait-il être appelé à jouer dans la
« dédollarisation » ?, etc.)
C Les hydrocarbures (évolution des cours depuis le début de l’été de 2014 ; questions liées à l’exploitation des hydrocarbures de schiste ; perspectives arctiques, etc.)
D L’influence des évolutions respectives des parités du Yuan, du Yen et du Won sur les flux commerciaux internationaux en 2014 et 2015.
E La question des « sanctions » dans la vie internationale contemporaine
F Routes en tout genre (L’élargissement du canal de Suez et du Canal de Panama ; Le percement projeté, et assez probable dans l’un et l’autre cas, du canal du Nicaragua et du canal du Bosphore ; Perspectives concernant les routes maritimes arctiques ; Les « Routes de la Soie » ; Nabucco, South Stream, Turk[ish] Stream et autres gazoducs, etc.)

Question 52
Le même concours comporte un « Grand Oral ». Vous tirez la question : « Des aspects qui suivent [liste ci-dessous], lequel jugeriez-vous le plus lourd de conséquences pour l’avenir de l’humanité ? » Vous décidez de traiter la question en deux parties (parce que vous en avez déjà pris l’habitude…) et vous choisissez le plan suivant : m, n et o menacent très assurément l’avenir de l’humanité ; mais il est raisonnable de considérer que l’évolution de ces trois aspects est étroitement corrélée à celle de l’aspect p. Question donc : quel est l’aspect p ?
A L’évolution de la dégradation écologique, rapide, de la planète, en tous ses aspects très

divers, malgré tous les récits intéressés sur la « croissance verte »
B La rareté des ressources de tous ordres dans un monde fini (au sens, ici, de : non infini)

C L’évolution démographique la plus assurée, puisqu’elle est déjà consommée (sachant que l’humanité compte un effectif de 7, 35 milliards au moment où vous composez, tandis que cet effectif était seulement de deux milliards et demi au milieu du siècle dernier, six milliards à votre naissance, et un milliard seulement en 1800)

D L’évolution probable ou du moins plausible du climat avec ses conséquences, par exemple, sur le niveau des mers

Question 53
Vous devez faire un exposé sur le thème, quelque peu passé de mode mais n’ayant certes pas perdu de sa pertinence, de l’ « Impérialisme ». Dans la liste d’auteurs ou de politiques doctrinaires qui suit, en est-il un que vous écarteriez sans hésiter d’un premier choix de lectures. Et si oui lequel ?
A John Atkinson Hobson
B Aucun de ces noms ne saurait être raisonnablement écarté
C Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine
D Les romanciers Gabriel Garcia-Marquez ou Miguel Angel Asturias
E Théodore Roosevelt
F Eduardo Galeano

Question 54
« Nous soutenons la lutte contre le terrorisme ce qui ne signifie pas pour autant donner carte blanche à n’importe quoi. » Quel est l’auteur de cette phrase ?
A Nicolas Sarkozy
B Manuel Valls
C Le deuxième George Bush
D Barack Obama
E David Cameron
F Hugo Chavez

Question 55
Commandant un navire grec, vous devez faire route depuis le Pirée jusqu’à Shanghaï (à peu près à mi-chemin entre le nord et le sud de la Chine donc). Vous décidez d’emprunter la route la plus courte. Laquelle, beaucoup plus courte que les autres (un peu moins de huit mille miles nautiques [ou milles marins]), choisirez-vous sans aucune hésitation ? (sachant que vous ne tiendrez compte d’aucun autre paramètre que la distance – ainsi ni des glaces et de ce qu’elles peuvent impliquer, ni des autres risques particuliers de navigation, ni des coûts liés par exemple au passage par tel ou tel canal)
A Celle du Cap Horn (ou peut-être du difficile détroit de Magellan, qui, à peu près dans les mêmes eaux, ne vous ferait pas gagner plus d’une soixantaine de miles nautiques et vous exposerait à plus de difficultés)
B Celle du Passage du Nord-Ouest, dans l’Océan Arctique, le long des côtes canadiennes puis américaines, par le détroit de Davis et le détroit de Béring
C Celle du Cap de Bonne Espérance
D Celle du Canal de Panama
E Celle du Passage du Nord-Est, dans l’Océan Arctique, le long des côtes russes, par le détroit de Kara et une nouvelle fois le détroit de Béring
F Celle du Canal de Suez et du détroit de Malacca

 

Question 56
Cette question est presque la même que la précédente à ceci près qu’il vous faut indiquer cette fois la route qui, dans un classement considérant la longueur, viendrait en deuxième position (avec toutefois environ trois mille à trois mille cinq cents miles nautiques de plus que la route la plus courte, mais – et c’est pourquoi cette question est plus difficile – quelques centaines de miles seulement de moins que la route qui vient en troisième position).
A Celle du Cap Horn (ou peut-être du difficile détroit de Magellan, qui, à peu près dans les mêmes eaux, ne vous ferait pas gagner plus d’une soixantaine de miles nautiques et vous exposerait à plus de difficultés).
B Celle du Passage du Nord-Ouest, dans l’Océan Arctique, le long des côtes canadiennes puis américaines, par le détroit de Davis et le détroit de Béring
C Celle du Cap de Bonne Espérance
D Celle du Canal de Panama
E Celle du Passage du Nord-Est, dans l’Océan Arctique, le long des côtes russes, par le détroit de Kara et une nouvelle fois le détroit de Béring
F Celle du Canal de Suez et du détroit de Malacca

Question 57
L’Egypte tire d’importantes ressources de l’exploitation du Canal de Suez (et ces recettes ne semblent pas devoir décroître dans les années à venir, sauf bouleversement, puisque le doublement du canal sur la moitié de sa longueur, et son très notable élargissement sur l’autre moitié sont en cours). A quel montant annuel (sachant qu’il y a un certain flottement dans la documentation qui évoque tantôt des recettes et tantôt des revenus) fixeriez-vous, ces deux ou trois dernières années, les recettes du canal ?
A 10 ou 12 milliards de $
B moins d’un milliard de $
C 6 ou 7 milliards de $
D 2 ou 3 milliards de $
E Autour de 4 ou 5 milliards de $

Question 58
Signée le 20 juillet 1936, prenant la succession d’arrangements antérieurs, la convention de Montreux régit toujours la circulation dans les détroits des Dardanelles et du Bosphore, et donc dans la Mer de Marmara, ainsi bien entendu que, pour les Etats non riverains, dans les eaux de la Mer Noire. Cette convention (je schématise beaucoup) assure – pour l’essentiel – la libre circulation de tous les « navires de commerce », quel que soit leur pavillon, et des « bâtiments de guerre » des seuls Etats riverains (sous certaines conditions ou possibles restrictions). S’agissant des bâtiments de guerre des Etats non riverains, et en temps de paix, quelle solution (là encore, je m’en tiens à l’essentiel) est-elle retenue par les articles 13 et s. de la convention ? (par exemple, actuellement, pour les navires battant pavillon français ou bien des Etats-Unis, sachant que les tensions en Ukraine ne sont pas considérées comme constitutives d’un temps de guerre au regard de l’application de la convention) Plus précisément, quelle est la formulation exacte de ces articles ?
A « […] Le tonnage global maximum de toutes les forces navales étrangères pouvant se trouver en cours de transit dans les Détroits ne sera pas limité, sous aucun prétexte […]. […] [en Mer Noire] le tonnage global desdites Puissances [non riveraines] n’excédera toutefois pas 500 000 tonnes. […] Quel que soit l’objet de leur présence en Mer Noire, les

bâtiments de guerre des Puissances non riveraines ne pourront pas y rester plus d’une année. »
B « […] Le transit par les Détroits est strictement interdit à tous les bâtiments de guerre des puissances non riveraines de la Mer Noire […]. Une exception peut être consentie par le Gouvernement Turc en cas d’avarie interdisant manifestement toute autre solution. »

C « […] Le tonnage global maximum de toutes les forces navales étrangères pouvant se trouver en cours de transit dans les Détroits ne devra pas dépasser 15 000 tonnes […]. […] [en Mer Noire] le tonnage global desdites Puissances [non riveraines] n’excédera pas 30 000 tonnes. […] Quel que soit l’objet de leur présence en Mer Noire, les bâtiments de guerre des Puissances non riveraines ne pourront pas y rester plus de vingt et un jours. »

Question 59
Vous lirez les lignes qui suivent et porterez un jugement à leur propos en choisissant entre trois réponses possibles (je vous conseille de lire d’abord les réponses).
Le mahdi, celui que Dieu guide, est pour les chiites duodécimains – comme le rappelle leur nom – le douzième imam, Muhammad al-Mahdi, dernier successeur légitime du Prophète de l’Islam. Cet « Imam caché » n’est pas mort mais a été « occulté » et il reviendra à la fin des temps : il fait l’objet – d’une façon qui, pour les chrétiens, évoque l’Apocalypse de saint Jean et le retour du Christ – d’une attente et d’une espérance eschatologiques. D’autres rameaux chiites adoptent une construction un peu différente (c’est d’ailleurs la variété des constructions qui a emporté la variété des rameaux, même si elle s’est accompagnée d’une diversité doctrinale certaine aussi et que l’ordre de
« causalité » entre les deux facteurs soit au fond douteux). Le thème du mahdi n’est nullement inexistant, loin s’en faut, dans le cadre des sunnismes (sauf dans la minorité dite « coraniste », qui ne souhaite pas considérer les hadith), mais sa place est différente et, de toute façon, moins centrale que dans le chiisme, singulièrement duodécimain (moins centrale aussi à proportion de l’antagonisme avec le chiisme – même si l’épisode de la Grande Mosquée de La Mecque, en 1979, a montré la vigueur du thème mahdiste, contre les Séoud, à l’intérieur même du monde wahabbite séoudien, et même si la guerre de Daesh contre le chiisme en Irak, en Syrie, et désormais ailleurs, s’accompagne parfois du croisement du thème du retour du mahdi avec celui du rétablissement du Califat – soit que le Calife soit aussi le Mahdi attendu, soit que la restauration du Califat ne préfigure la venue du Mahdi), qui, sous certains aspects, très intelligibles pour les chrétiens, peut être considéré, dans son attente – véritablement structurante de l’ensemble – du « Seigneur du Temps », comme un mahdisme, c’est-à-dire un millénarisme, un apocalyptisme (sachant que l’apokalupsis, en grec, c’est la Révélation)
A Ces lignes, certes simplificatrices, présentent d’une façon en gros équilibrée certains termes d’un aspect, peut-être trop négligé par les « occidentaux » – de théologie de l’histoire si l’on veut –, de certains affrontements contemporains
B Ces lignes sont non seulement sommaires, mais elles présentent un tableau gravement inexact des courants spirituels de l’Islam, en particulier parce que le mahdisme, étranger au chiisme, est un des aspects les plus créatifs sur le plan doctrinal de la construction donnée par Mohammed ben Abdelwahhab au XVIIIe siècle (ce que l’on appelle wahhabisme)
C Ces lignes, certes inévitablement sommaires, manifestent de toute façon une vue d’ensemble tout à fait inadéquate. Le thème vague du mahdisme, certes répandu dans toutes les familles spirituelles de l’Islam, ne tient en effet une place assurée que dans une seule secte chiite, non pas même la secte des ismaéliens, mais le rameau de cette secte que

l’on appelle nizarite. Comme on le sait, les ismaéliens en général considèrent qu’il y a eu occultation à partir d’Ismaël, le septième imam (chiisme septimain) mais fin de l’occultation au IXe siècle. Si les divers rameaux ismaéliens considèrent qu’il y a eu une nouvelle occultation ultérieure, telle n’est pas la position des nizarites, selon lesquels la dignité d’imam s’est transmise par filiation visible : le quarante-neuvième imam, nullement « caché », est aujourd’hui le prince Karim Aga Khan IV (très grand bienfaiteur en particulier de la France) ; et il appartiendrait seulement à l’un des imams de sa descendance de se proclamer mahdi

Question 60
Le cœur de l’immense empire ottoman, aboli en 1923 par Mustafa Kemal Atatürk (mais qui a pu laisser une certaine nostalgie à quelques-uns dans ce pays, voire contribuer à modeler certaines orientations de leur politique extérieure) doit être placé dans l’actuel[le]

A Iran
B Egypte
C Irak
D Turquie
E Ukraine

Question 61
Lors de son agression contre le Yémen (habillée de motifs légaux pour le moins ténus), le 26 mars 2015, l’Arabie séoudite a souhaité que son action principalement aérienne soit appuyée par le déploiement de troupes aux sols. Parmi les grands pays suivants, s’en est-il trouvé un pour envoyer un effectif véritablement significatif de troupes en vue d’une telle action terrestre ?
A Le Pakistan
B Aucun de ceux-ci
C La Turquie
D L’Egypte
E L’Iran

Question 62
Le caractère peu intelligible des « exigences » institutionnelles de l’Occident ressort assez du récit qui suit : il se trouve que, il n’y a pas très longtemps (plus précisément : en avril et juin 2014), un pays a organisé une élection au suffrage universel en vue de la désignation du président de la République ; le vainqueur a remporté au deuxième tour plus de cinquante-cinq pour cent des suffrages ; il est entré alors dans une négociation de près de trois mois avec le vaincu ; ce dernier est devenu « Chef de l’Exécutif » ; depuis, les tiraillements ne manquent certes pas, et la formation du Gouvernement est apparue comme une affaire plus que difficile ; bien entendu, ledit pays est composé d’ethnies diverses et ce que nous considérons, à tort ou à raison, comme « démocratie », qui est si profondément lié à une intelligence individualiste de la politique, n’y revêt pas grand sens. Quel est le pays dans lequel cette curieuse (pour nous) affaire s’est déroulée ?
A Tunisie
B Egypte
C Ukraine
D Pakistan
E Afghanistan

 

Question 63
Le général Qasem [Ghassem] Soleimani est
A Le responsable des opérations militaires du Hezbollah libanais
B Le ministre turc de la Défense
C Un général pasdaran en charge d’opérations extérieures spéciales qui a joué un rôle significatif en Irak et en Syrie en 2015
D Le leader charismatique de la majorité chiite de l’île de Bahreïn mort, au début de 2011, d’une attaque cardiaque sur l’ancienne place de la Perle
E Le chef des brigades Izz al-Din al-Qassam regroupant les effectifs les plus militarisés du Hamas

Question 64
Qu’entend-on par « doctrine Monroe » ?
A La construction développée en 1899, dans son livre World Heritage Conservation, par Théodore Monroe Davis, fameux financier, mécène et archéologue américain, d’où est issue la notion de « patrimoine mondial » ou de « patrimoine de l’humanité »
B La proclamation unilatérale, formulée en 1823 par le cinquième président des Etats-Unis, James Monroe, tendant, originairement, moins à justifier l’ingérence des Etats-Unis dans les affaires des autres Etats du continent américain qu’à demander aux Etats européens de ne pas eux-mêmes s’ingérer dans les affaires dudit continent

C L’autre nom de la « doctrine Bush » de la « preventive war » élaborée en particulier en vue de l’invasion de l’Irak en 2003 par son Secrétaire d’Etat Luther Calvin Monroe (doctrine internationalement illégale mais que ses défenseurs, dès lors que la menace invoquée apparaît inexistante – ainsi les supposées « armes de destruction massive » détenues par le régime baasiste irakien –, prétendent justifier de façon ultime par l’exceptionnalisme du destin des Etats-Unis, chargés de répandre la « démocratie de marché » à la surface de la terre par tous moyens mêmes létaux)

Question 65
Ce que l’on pourrait appeler, de façon très générale, « néo-évangélisme » tient une place importante aux Etats-Unis et rayonne puissamment, non sans implications que l’on pourrait dire de « Soft Power », sur les Amériques latines, l’Afrique et l’Asie.
Voici quelques termes pouvant aider à la définition de cette mouvance spirituelle – c’est-à- dire évoquant ses mythes constitutifs principaux –, mouvance d’ailleurs diversifiée et institutionnellement éclatée. Vous choisirez le moins approprié d’entre eux :
A Fondamentalisme ou originarisme, sur le fondement du sentiment qu’il est possible de déchiffrer le sens le plus originaire de la parole sacrée et de renouer avec un christianisme supposément plus originaire
B Pentecôtisme, c’est-à-dire non seulement conviction de l’action constante de l’Esprit Saint (partagée par les chrétiens en général) mais certitude qu’il agit à peu près visiblement dans la communauté (cet aspect pouvant entrer notons-le dans une certaine tension avec le précédent)
C Rejet du formalisme liturgique et multiplication des pratiques communautaires inusuelles dans les confessions « traditionnelles » (à côté d’usages renouvelés du chant, danses et manifestations corporelles diverses, glossolalie, développement à plusieurs égards renouvelé de l’exorcisme, routinisation du miracle et multiplication des guérisseurs, etc.)
D Rejet radical de la « réussite » sociale, dégoût vigilant de toute interaction entre argent et religion, critique de la vue selon laquelle le succès et la prospérité d’une

église pourraient manifester l’effet de quelque grâce divine que ce soit

E Activisme missionnaire et prosélytisme très offensif

Question 66
Quel est le statut légal des églises « évangéliques » sur le continent américain ?
A Des associations ou fondations sans but lucratif formées dans le cadre de la législation sur ce chapitre de chaque pays
B Des sociétés mutuelles ou coopératives
C Des personnes morales de droit public non territoriales à la façon de nos établissements publics
D Des personnes morales de droit canonique agréées par la Confédération Mondiale des Eglises Evangéliques
E Des entreprises de droit privé comprises au fond comme des prestataires de services spirituels en dernière analyse rémunérés, librement créées par des pasteurs- entrepreneurs œuvrant sur un marché spirituel concurrentiel, ouvrant le cas échéant des succursales, se fédérant tout au plus librement parfois au sein de réseaux

Question 67
La croissance des « évangéliques » en Amérique latine a été rapide. Laquelle des séries suivantes vous semble-t-elle la plus juste à l’échelle de l’ensemble du sous-continent ?
A Vers 1900 : autour de 250 000 – Vers 1980 : autour de vingt millions –
Aujourd’hui : plus de cent millions
B Vers 1900 : autour de deux millions – Vers 1980 : autour de cinquante millions – Aujourd’hui : autour de soixante-dix millions
C Vers 1900 : autour de 250 000 – Vers 1980 : autour de cent millions – Aujourd’hui : plus de deux cents millions
D Vers 1900 : autour d’un million – Vers 1980 : autour de dix millions – Aujourd’hui : plus de trente millions

Question 68
J’ai été conduit en mars à évoquer la venue de M. Netanyahu devant l’AIPAC le deux mars 2015, dans des circonstances pour le moins tendues, à la fois entre une partie de l’Administration américaine et le Premier Ministre israélien, et entre la Maison Blanche et la majorité républicaine du Congrès (sur fond en particulier de négociations iraniennes). A Washington, M. Netanyahu a pris la parole devant les chambres jointes du Congrès (3 mars) et, donc, aussi, devant l’American Israel Public Affairs Committee, structure bipartisane d’appui à Israël dont le poids est important dans la politique américaine.
Mais, dressant un tableau des incidences de l’essor de l’ « évangélisme » sur la politique en général et les relations internationales en particulier, j’ai été conduit à évoquer une mouvance assez peu nombreuse mais fort loin d’être négligeable, celle des Christians Zionists, dont le poids peut être lourd en particulier auprès d’un certain nombre d’élus du Parti Républicain (ainsi avons-nous évoqué plusieurs mouvements et leurs sites – Christians united for Israel ; Christian Friends of Israeli Communities ; Christians’Israel Public Action Committee, etc.)
Quel est l’argument le plus structurant, et au fond le plus original, des plus engagés de ces Christians Zionists ? (Vous choisirez parmi les arguments suivants dont je ne certifie pas qu’ils soient tous développés dans cette mouvance)
A La mémoire de la Shoah
B L’adhésion à une construction dogmatique syncrétique en vue de la réunification des

deux branches du judaïsme qui ont survécu à la destruction du Temple, le judaïsme chrétien en ses diverses composantes et le judaïsme rabbinique, synagogal, talmudique, héritier du pharisaïsme
C La simple prise de conscience – au regard de certains objectifs moraux poursuivis – des rapports de forces dans la politique intérieure des Etats-Unis et la politique internationale D Une certaine lecture des textes « apocalyptiques », d’où il ressort que la pleine installation des juifs en Israël et l’édification d’un « Grand Israël » (bien au-delà des frontières légales, et très au-delà même des actuelles frontières de fait) serait le préalable à l’avènement des « Temps », au retour du Christ (et d’ailleurs à la conversion des juifs au christianisme)
E Une hostilité vibrante à l’Islam depuis les attentats du 11 septembre 2001

Question 69
L’on ne parle pas seulement du Texas à propos d’hydrocarbures (bien que les hydrocarbures puissent jouer un rôle dans cette affaire). L’on évoque aussi, ces temps-ci, quelques velléités indépendantistes d’une partie, probablement minoritaire, des citoyens de cet Etat – plus grand que la France, peuplé de plus de vingt-cinq millions d’habitants, et dont le poids économique global est à peu près celui de l’Espagne ou du Mexique –, l’un des cinquante des Etats-Unis mais dont l’opinion semble assez largement réservée vis-à- vis de l’action de l’Etat fédéral et par ailleurs secouée, à la mi-2015, de rumeurs diverses qui signalent au moins l’état de méfiance croissant de certaines opinions occidentale vis-à- vis de leurs gouvernants. Il se trouve que le Texas a été, pendant une période assez brève, un Etat indépendant. Quand ?
A De 1861 à 1865, pendant la Civil War [que nous disons de Sécession] : le Texas, qui était entré dans l’Union dès après le Compromis du Missouri de 1820, se joignit quelques semaines à la Sécession des Confédérés avant de faire lui-même sécession de la Confédération. Cette dernière ne put qu’agréer mais son échec final signa aussi quatre ans plus tard celui de l’entreprise du Texas
B Depuis 1836, date à laquelle la région avait proclamé son indépendance vis-à-vis du Mexique (lui-même indépendant de l’Espagne depuis 1821), jusqu’à son annexion prononcée – mais à la demande du Texas – par les Etats-Unis en 1845, préfigurant la Mexican War de 1846 à 1848, au terme de laquelle l’Union put s’étendre démesurément sur son versant sud-ouest au détriment dudit Mexique

Question 70
Parmi les pays qui suivent, lequel est-il membre de l’OTAN à l’été de 2015 ?

A Macédoine
B Azerbaïdjan
C Ukraine
D Albanie
E Géorgie
F Finlande

Question 71
A l’origine du tour pris par la contestation en Ukraine à la fin de 2013 et au début de 2014, et de la radicalisation du mouvement que l’on a dit du Maïdan (c’est-à-dire de « la Place », version abrégée de Maïdan Nezalejnosti, place de l’Indépendance, située au centre de Kiev), avec pour effet le départ précipité, le 22 février 2014, du président Viktor Fedorovytch Ianoukoyitch, l’on invoque souvent le rôle important d’une Américaine,

occupant depuis peu les fonctions d’Assistant Secretary of State for European and Eurasian Affairs au Département d’Etat, épouse d’ailleurs du doctrinaire « néo- conservateur » Robert Kagan (fils lui-même de Donald Kagan, auteur significativement de travaux sur Périclès et sur la Guerre du Péloponnèse). De qui s’agit-il ?

A Victoria Nuland

B Samantha Power

C Jen Psaki
D Susan Rice
E Marie Harf

Question 72
Sélectionnez le nom des républiques populaires du Donbass :

A Odessa, Sébastopol et Mariupol
B Donetsk et Lougansk [Louhansk]
C Lougansk [Louhansk] et Kharkov [Kharkiv]
D Donetsk et Slaviansk [Sloviansk]
E Donetsk, Lougansk et Mariupol

Question 73
Dans la douloureuse guerre civile ukrainienne, certains bataillons, régiments ou autres formations de « volontaires » se sont « illustrés » par leurs débordements au service de Kiev. Cherchez l’erreur dans la liste suivante – c’est-à-dire la mention qui ne se trouve pas à sa place dans cette liste.
A Bataillon Donbass
B Bataillon Dnipro
C Bataillon Aïdar
D Forces armées novorossiennes
E Bataillon Azov
F. Bataillon Dudayev [Doudaïev]

Question 74
Le très actif ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie – en fonction depuis 2004 – a nom
A Dmitri Sergueïevitch Peskov
B Sergueï Borissovitch Ivanov
C Ramzan Akhmadovitch Kadyrov
D Sergueï Koujouguétovitch Choïgou
E Sergueï Viktorovitch Lavrov

Question 75
La chute d’un avion de ligne, le 17 juillet 2014, dont les causes exactes ne sont pas encore élucidées malgré une longue enquête (il est vrai remarquablement opaque), a toutefois servi d’occasion à une immense, durable et fort coûteuse (pour l’ensemble des composantes du continent eurasiatique) modification des relations entre le monde euratlantique et la Fédération de Russie. Il s’agissait du vol
A MH 370 de Malaysia Airlines
B BCN 9525 de Germanwings
C QZ 8501 d’Air Asia
D MH 17 de Malaysia Airlines

E AH 5017 d’Air Algérie

Question 76
Lors de son audition par la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées de l’Assemblée Nationale, le mercredi 25 mars 2015, le Général Christophe Gomart, Directeur du Renseignement Militaire a déclaré :
A « Nul n’ignore l’excellence des relations entretenues par les services de renseignement, militaires ou non, au sein de l’Alliance atlantique. Les services américains, en particulier, ne nous cachent rien, comme nous veillons depuis 2007 à leur fournir tous les éléments utiles dont nous disposons dans les délais les plus brefs, selon des procédures dont la Représentation nationale comprendra, j’en suis certain que je ne saurais les évoquer publiquement [murmures approbateurs]. […] Ce sont ainsi les services français qui ont les premiers alerté les partenaires de l’Alliance d’une concentration remarquable de véhicules blindés russes au milieu du mois de juillet 2014, dont en particulier trois cent-cinquante chars T 90 à proximité de Rostov-sur-le-Don. »
B « Ce qui a été démontré par la crise en Ukraine, c’est la possibilité de hâter l’intégration des services de renseignements militaires de l’Alliance : les conclusions des uns et des autres, concernant l’évolution de la situation sur le terrain étaient si exactement concordantes, et donc redondantes, que des perspectives d’économies pour le futur se sont offertes comme d’elles-mêmes. […] Aujourd’hui, l’intégration du renseignement militaire au sein de l’OTAN est à portée de main. »
C « […] La vraie difficulté avec l’OTAN, c’est que le renseignement américain y est prépondérant, tandis que le renseignement français y est plus ou moins pris en compte […]. L’OTAN avait annoncé que les Russes allaient envahir l’Ukraine alors que, selon les renseignements de la DRM, rien ne venait étayer cette hypothèse […]. La suite a montré que nous avions raison […]. Pour ce qui est du partage de renseignements avec nos alliés, j’insiste sur le fait qu’une telle pratique est toujours compliquée à mettre en œuvre. Pour moi, le renseignement est avant tout national, dans la mesure où il permet à notre pays de disposer de son indépendance en matière de politique étrangère, et à nos dirigeants de prendre des décisions importantes. »

Question 77
L’on parle beaucoup de « Minsk 2 ». Minsk, vous le savez, est la capitale de la République de Biélorussie. Minsk 2 évoque un sommet qui s’est tenu dans cette ville les 11 et 12 février 2015, et l’accord qui en est résulté, à propos de la guerre civile opposant les troupes se réclamant de Kiev et les insurgés des républiques populaires du Donbass, en vue : dans l’immédiat, d’instaurer, à effet du 15 février, un cessez-le-feu puis de l’organiser, en particulier par le retrait des armes lourdes de part et d’autre de la ligne de cessez-le-feu ; à court terme de procéder à diverses opérations tendant à ramener un climat plus pacifique entre les belligérants (mesures humanitaires, échanges de prisonniers…) ; à moyen terme d’organiser en particulier, par une révision constitutionnelle, une manière de fédéralisation de l’Etat favorisant la réintégration équilibrée des républiques du Donbass dans l’Ukraine (solution toutefois écartée d’emblée par l’Ukraine). D’un côté, de façon un peu différée certes, le cessez-le-feu a porté une partie des fruits que l’on pouvait en attendre ; d’un autre côté, il serait difficile de considérer que l’on s’achemine aujourd’hui (mi-juillet) vers une solution d’ensemble durable et il paraît douteux que les républiques donbassiennes puissent jamais faire à nouveau confiance à des forces kiéviennes qui ont pilonné impitoyablement leurs malheureuses populations civiles, et à un régime qui a suspendu unilatéralement l’accomplissement de tous les devoirs d’un Etat envers sa population.

Quoi qu’il en soit de cette affaire désespérante, l’une des personnes de la liste qui suit ne se trouvait pas à Minsk lors de l’accord – laquelle ?
A Mme Angela Merkel
B M. Barack Obama

C M. François Hollande

D M. Petro Poroshenko

E M. Vladimir Poutine

Question 78
La Tchétchénie, composante de la Fédération de Russie, est un important sujet de conversation, non seulement en Russie (bien avant les dernières décennies) mais en Europe occidentale, depuis les conflits qui ont ensanglanté cette région caucasienne. A quel niveau placeriez-vous sa population aujourd’hui ?
A Entre huit et dix millions d’habitants
B Entre douze et quinze millions d’habitants
C Autour de six cent mille habitants
D Un peu en-dessous d’un million et demi d’habitants
E Autour de quatre millions d’habitants

Question 79
Quelle est – au milieu de cette extraordinaire mosaïque religieuse et ethnique qu’est la zone caucasienne et nord-caucasienne – la religion dominante en Tchétchénie ?
A Un Islam chiite – duodécimain comme en Azerbaïdjan
B L’orthodoxie russe (patriarcat de Moscou)
C L’orthodoxie ossète (éparchat d’Alanie)
D L’orthodoxie arménienne (patriarcat suprême à Etchmiadzin)
E L’orthodoxie géorgienne (patriarcat de Tblissi)
F Un Islam sunnite marqué par des traditions soufies spécifiques

Question 80
Il est le président de la République de Tchétchénie (composante de la Fédération de Russie) depuis 2007, et sa personnalité, vigoureuse mais très controversée, est souvent évoquée (parfois, à tort ou à raison, dans des affaires aussi complexes que, par exemple, l’assassinat de Boris Efimovitch Nemtsov dans la nuit du 27 au 28 février dernier – ou même la « disparition » de M. Poutine, qui a beaucoup fait parler il est vrai, entre les 6 et 16 mars suivants)
A Ramzan Gadjimouradovitch Abdoulatipov
B Tamerlan Agouzarov
C Ramzan Akhmadovitch Kadyrov
D Raul Khadjimba
E Leonid Haritonovitch Tibilov