Les fronts syriens en février 2019

 

Comme je vous l’ai dit hier, sauf imprévu majeur, je porterai d’ici au 23 ou 24 février dans le présent billet quelques éléments illustrés par des images – des cartes notamment. J’espère qu’ainsi, dans l’interaction de la partie orale du cours et des billets divers, passés ou présents, le mois ne s’écoulera pas sans que vous ne vous promeniez avec un peu d’aisance [fût-ce, je le répète, fort conjecturalement] dans une affaire infiniment complexe et particulièrement douloureuse – une guerre à peu près mondiale, condensée sur la scène d’un théâtre apparemment limité, le fragment, en tout cas, particulièrement destructeur et sanglant, d’une guerre mondiale, et non une guerre simplement régionale, et moins encore une « guerre civile syrienne », ainsi que le porte, avec, à n’en pas douter, quelque intention, le site Wikipedia [souvent commode, surtout dans la version en anglais, cela dépend des rédacteurs et du jeu parfois erratique des procédures internes de contrôle], dans un long papier duquel m’alerte un aimable correspondant ce huit février au soir.

En attendant, voici la carte à cette heure indispensable =

Veillez, pour y accéder, à reporter l’adresse sur une nouvelle page puis à recoller le jpg final au point ; vous pourrez procéder à des grossissements pour mieux voir les diverses régions ; ne soyez pas troublés par la diversité des translittérations – on s’y fait vite  =

ontheworldmap.com/syria/large-detailed-map-of-syria-with-cities-and-towns.    jpg

La voici de façon simplement inerte =

1 Syrie.png

Bien entendu, c’est le moment, pour vous, si vous ne la connaissez pas déjà, d’assimiler la carte du Proche et Moyen Orient et de l’Asie centrale – je reproduis celle du Quai d’Orsay, très claire =

Moyen Orient et Asie centrale.png

 

Ceux qui voudraient pouvoir l’agrandir devraient procéder avec l’adresse ci-dessous comme indiqué pour la précédente =

https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/jpg/moyen-orient-asie_centrale_cle41d61d.    jpg